Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

BenH dans "Le monde des grands" (Interview)

BenH dans "Le monde des grands" (Interview)
Dernièrement, je me suis rendue au Théâtre Le Point Virgule pour découvrir (ou plutôt redécouvrir) "Le monde des grands", nouveau spectacle très personnel de Ben H. Voici un one-man show que je vous recommande sans hésitation. Je vous en parle plus bas, et vous trouverez également une petite interview à la suite...

Éternel adolescent attardé, BenH voit la maturité comme une arnaque. Ses amis sont des adultes, pas lui. Depuis un foetus, seul rescapé d'un assaut qui ne capote pas, jusqu'à l'amicale des maladies mortelles, en passant par son avenir certain de Bobo Parisien... Le Monde des Grands est un seul en scène drôle, plein de tendresse, qui compte bien réveiller l'enfant turbulent qui sommeille en vous !

J'avais découvert le très prometteur BenH à ses débuts au Théâtre La Cible, avec son premier one-man show "Une époque formidable", essentiellement composé de sketchs (son "spectacle étudiant", comme il l'appelle). Et depuis un peu plus d'un an, je découvre et redécouvre son nouveau spectacle "Le monde des grands", et je dois avouer qu'à chaque fois c'est un plaisir de le revoir car il s'agit là d'un spectacle qui évolue sans cesse, différent à chaque fois, et dans lequel on se reconnait. Un vrai talent d'écriture avec ce spectacle qui offre une très belle parenthèse d'humour.
 
Le spectacle commence alors dans dans le fœtus, puis arrive l'enfance, l'adolescence, et puis l'âge adulte. Pendant un peu plus d'une heure, entre stand-up et interprétation de personnages, et avec plusieurs moments d'interaction avec les spectateurs, BenH aborde alors avec nous sa vision du monde qui l'entoure, sur le fait de grandir, sur le "monde des grands", en faisant un parallèle avec la manière dont il voyait les choses étant enfant.
 
Voici un spectacle dans lequel je me retrouve dans sa manière de voir les choses, et dans lequel la génération des trentenaires s'y retrouvera ainsi particulièrement. J'ai particulièrement aimé son personnage de "bobo" parisien insupportable typique, qu'on a tous croisé un jour, ou encore la partie concernant le fait d'avoir des enfants, et j'ai été sensible à son sketch final, alliant humour et émotion. 
 
Avec un sens aiguisé de l'écriture, BenH est sans conteste l'un des jeunes talents de l'humour à ne pas manquer. Avec "Le monde des grands", il nous parle de lui et de sa vision de notre société actuelle, avec tact et finesse. Voici un spectacle aussi drôle que touchant, qui vous fera passer une très belle soirée au théâtre. 

------
Auteur / Interprète : BenH 
Mise en scène : Jarry
 
 
------
Le saviez-vous ?
- "Le monde des grands" a reçu le Prix du Jury de L'Espace Gerson en 2016, le Prix SACD Fond Humour (catégorie Création) en 2017, et le Prix du Jury du festival "Drôles de Zèbres" à Strasbourg en 2017.
BenH est également chroniqueur dans l'émission Samedi Roumanoff diffusée sur Europe 1 tous les samedis à midi.

L'interview : Ben H nous parle de son second spectacle, "Le monde des grands"...

A quelques heures de l'une des ses représentations au Théâtre Le Point Virgule, j'ai eu l'opportunité de rencontrer Ben H et de lui poser quelques questions...
 
Comment est né ton nouveau spectacle “Le monde des grands” ?
 

Il est né d’une envie de parler de moi. Comparé au premier spectacle que j’avais fait, qui est plutôt une suite de sketchs, “Le monde des grands” c’est plutôt ne pas chercher ce qui fait rire uniquement mais chercher ce qui m’intéresse, quel est le message que j’ai envie de raconter de moi et de ce que je vois de la vie. Il y a un côté un peu autobiographique dans ce spectacle.

 
Dirais-tu qu’il est une continuité de ton précédent spectacle “Une époque formidable” ou est-ce quelque chose de complètement différent ?
 
Le premier, je l’appelle “mon spectacle étudiant” car ça a été deux ans où j’ai appris à monter sur scène, à parler devant des gens, à essayer d’être drôle. Et, fort de cela, je suis parti sur le deuxième. Il n’y a vraiment aucun rapport entre les deux, pour moi.
 
Qu’est-ce qu'il évoque pour toi et avec quel objectif as-tu été amené à le réaliser ?
 
Je n’ai pas écrit avec des objectifs. Je voulais juste qu’on se dise que, ce que je raconte dans spectacle-là, on ne l’entende pas ailleurs. Quand j’en ai commencé l’écriture il y a trois ans, je voulais que ce soit quelque chose de très personnel : juste qu’on me connaisse mieux à travers le spectacle, que ce ne soit pas simplement une suite de sketchs, et que ce soit vraiment une histoire que je raconte. Mais, je pense qu’elle est assez généralisée aux trentenaires des années 2010, et que je ne suis pas tout seul à penser ce que je raconte dans le spectacle.
 
Du coup, j’imagine que le spectacle évolue encore maintenant ?
 
Oui, et je pense qu’il évoluera jusqu’à la dernière. Je pense qu’il évoluera tout le temps parce que, encore une fois, quand j’ai commencé à écrire les premiers textes, il y a trois / quatre ans - j’avais 25-26 ans, et aujourd’hui j’en ai 30 - je ne parlais pas du tout, par exemple, du fait de faire des enfants. Aujourd’hui, c’est une chose qui est quasi essentielle dans ma vie, dans mon entourage. C’est un sujet qui est arrivé il y a très peu de temps. Donc, oui, le spectacle va continuer d’évoluer, et il mûrit avec moi.
 
Qu’est-ce qui t’a donné un jour l’envie de monter sur scène ?
 

Je ne voulais pas faire de la scène, je voulais devenir réalisateur. Et on m’avait dit que la meilleure façon d’apprendre à diriger des comédiens, c’est de faire un cours de théâtre et de voir comment un professeur faisait. Du coup, j’ai fait un cours de théâtre, absolument par hasard, à Rocquencourt, et je suis monté sur scène une fois, et je me suis dit que c’était trop cool ! Je suis resté, mais il n’y avait pas de volonté de faire du one-man.

Je trouvais ça cool de monter sur scène et faire du théâtre, et puis après, c’est de fil en aiguille, ça avance, tu travailles en groupe, tu écris, et en fait, le fait d’écrire pour d’autres gens, tu te dit “en fait, je vais écrire pour moi, parce que je suis comédien”, et le one-man est venu comme ça. Mais il n’y avait pas une envie de base de monter sur scène, de vouloir faire rire les gens.
 
Y’a t-il un moment que tu préfères particulièrement pendant le spectacle ?
 
Il y a de plus en plus de moments que j’aime, c’est peut-être pour ça qu’il commence à se stabiliser. Il y a de plus en plus de moments où je sens que c’est exactement ça que je veux dire, de cette manière-là que je veux le dire, etc.
Je suis très attaché à mon “Bobo Parisien” : quand je suis dedans, il n’y a même plus de spectacle, plus de texte, plus rien, on est vraiment dans le moment. Il est en plein milieu du spectacle. Dans le spectacle, il y a un “avant” et un “après”, et ce moment-là c’est ma “cour de récré”.
 
As-tu une anecdote à nous raconter ?
 
Une chouette anecdote qui est arrivée récemment. Il y a eu un groupe d’étudiants belges : à la fin du spectacle, j’ai un sketch sur la Vierge Marie, et le public est étonnamment plus dissipé que d’habitude pour ce sketch-là. Le sketch marche bien, mais là il a vraiment super bien marché.
A la fin du spectacle, les quatre professeurs m’attendent : parmi les professeurs, il y avait trois prêtres (c’était une école catholique). Ils m’ont dit qu’ils avaient adoré ce sketch car pour eux c’est un pas en avant vers l’ouverture d’esprit, et que c’était vraiment une belle leçon de catéchisme.
Quand on voit le sketch de la Vierge Marie, je m’attendais à tout sauf à ça. Il y a quelques années, dans l’Est de la France, il y a eu trois personnes qui sont sorties au moment de ce sketch, et on m’avait dit que c’était un gros blasphème, et là j’ai été “validé” par trois prêtres.
 
As-tu un rituel avant de monter sur scène ?
 
Photo : Christine Coquilleau Nait Sidnas
J’aime bien boire un petit verre de vin blanc avant. Je ne pense pas que cela change grand-chose, mais je pense que c’est comme tout rituel, ça ne s’explique pas trop : tu le fais une fois et c’était bien ce jour-là, et du coup tu continues.
Je mets aussi mes lunettes dans ma poche juste avant de monter sur scène. Elles ne vont pas dans ma poche tant que je n’entends pas la petite voix du début.
Et évidemment, un travail très particulier sur mes cheveux.
 
Quels seraient ta plus belle expérience et ton projet le plus fou ?
 
Ma plus belle expérience, c’est clairement quand j’ai fait trente minutes à l’Olympia en première partie de Jarry. Grâce à lui, j’ai fait la plupart des grandes scènes françaises, mais l’Olympia reste ma meilleure expérience de scène. Peut-être parce qu’en tant qu’artiste on nous conditionne d’une certaine façon à penser que l’Olympia, c’est le Graal absolu. Ces trente minutes là, je n’ai pas joué, je ne me suis pas amusé, mais j’ai volé. Il s’est passé quelque chose pendant ces trente minutes, peut-être du fait de cette ambiance et ferveur dans cette salle, ou du fait de la présence de mes parents notamment.
Mon projet le plus fou, je crois que je l’ai en partie réalisé mais, dans cette histoire, je pense que c’est, pour moi comme pour tous ceux qui font ce métier, de vivre de ce métier. Parce que cela peut être le plus beau métier du monde comme ça peut être le plus difficile. Mon projet le plus fou, c’est de faire ce métier-là. Même s’il y a d’autres projets à côté, même si on se lance des nouveaux défis, se dire que l’on va monter sur scène, que demain on va remonter sur scène, et qu’on a envie de le faire toute sa vie, c’est mon projet le plus fou.
 
Quels sont tes projets à venir, dont tu es en mesure de nous parler ?
 
Mon gros projet actuellement est que j’essaie de monter ma web-série, qui serait une sorte d’adaptation du spectacle. On va tourner dix épisodes de trois minutes, et ça va s’appeler “Quand je serai grand”. Dans chaque épisode, on voit la différence entre ce qu’on voit et ce qu’on imagine étant petit et la réalité quand on est grand. Cela fait un peu plus de six mois que je travaille sur les textes et la création de ce projet, ça se monte petit à petit, et ça va être tourné cet été. J’espère lancer tout cela à la rentrée.
BenH dans "Le monde des grands" (Interview)

Prolongations au Théâtre Le Point Virgule, les mercredis à 21h15, jusqu'au 27 juin 2018

Plus d'infos sur : www.benh.fr

Suivez-le sur les réseaux sociaux : 

Facebook - Twitter - Instagram - YouTube

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

La Théâtreuse en Baskets

Saltimbanque, Runneuse, Entrepreneure... Lauriane aka la Théâtreuse en Baskets, humaine au cœur tendre, passionnée de spectacle vivant, décortique et met en lumière le Théâtre.
Voir le profil de La Théâtreuse en Baskets sur le portail Overblog

Commenter cet article